Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
= DUDU Express =

= DUDU Express =

Un tour d'Eurasie express pour la famille Dudu en camping-car

Pammukale

Dimanche 19 mars
Nuit difficile encore une fois.  Il faut qu’on retrouve des bivouacs calmes. Mais quel idée ont les jeunes turcs de mettre la musique si forte dans leur bagnole ? 😠
 
Matinée difficile aussi, nous rattrapons notre jour d’école perdu hier. Les enfants ont du mal à s’y mettre et nous manquons de patience.
 
Aujourd’hui nous visitons le site de Hiérapolis Pammukale.  Nous rejoignons l’entrée sud qui est la plus proche du site. Parking gratuit qui est manifestement devenu payant. Grr
Et l’entrée a augmenté ici aussi, plus 10 livres ! Grr
Comment voulez vous respectez le budget dans ces conditions.
 
Bref, le site, unique au mode, est largement connu pour sa colline blanche et ses vaques remplis d’eau turquoise. 
Pour le cours de géologie, nous sommes sur une zone volcanique. Plusieurs sources d’eau chaude saturée en calcaire sortent de la colline. Le calcaire se dépose lors du ruissellement et de l’évaporation de l’eau, ce qui forme des travertins et des cascades  (dans le même esprit des cascades de Plitvice qu’on a vu en Croatie).
Pammukale
Pammukale
Pammukale
Pammukale

Nous vous présentons au passage, la mascotte de notre partenaire Ypo Camp de Nantes-Treillières !!
A chaque pays, nous leur envoyons une photo du totem. Ils communiquent sur l’événement à travers les réseaux sociaux.  Et normalement ils ont du faire une carte de notre itinéraire dans leur hall d’accueil, et ils collent les photos au fur et à mesure.

Pammukale

Seule une partie sur site est vraiment belle. La surexploitation touristique a eu raison du reste. L’eau ne coule plus et le blanc tourne au gris. C’est bien dommage.  Encore un bon exemple de la bêtise humaine. Des efforts ont été faits pour revenir en arrière (destruction d’hôtels, réalimentation en eau) mais je doute qu’ils arrivent à restaurer le site dans sa totalité.

Pammukale
Pammukale

Nous aussi avons trempé nos pieds dans l’eau chaude et bleutée. La zone de « piétinement » est désormais restreinte. Mais est-ce vraiment nécessaire ? D’ailleurs pour rejoindre le premier bassin, il faut passer par une zone grise. Et comme le calcaire se détache de la roche ça fait plein de petits cailloux qui font bien mal aux pieds. Au final cette découverte podale n’est pas exceptionnelle.
Les enfants étaient bien sûr ravis de faire trempette.  Et comme il fallait s’en douter, Simon a glissé et s’est retrouvé les fesses dans l’eau ! 😂
Céline a réussi à épargner les chaussures, c’est déjà ça !
 

Pammukale
Pammukale
C’est l’heure du pique nique ! Nous avons la compagnie d’un chat qui volerait bien nos chips. Heureusement pour lui, il en tombe quelques unes.
 
En haut de la colline, se trouve également la cité antique de Hiérapolis. Nous flânons sommairement dans les allées, nous avons eu notre quota de ruines ces derniers jours !!
Pammukale
Pammukale
Pammukale
Pammukale

D’ailleurs on manque encore une fois d’égaré Simon qui trace son chemin et ne voit pas qu’on a bifurqué !!

Pammukale

Nous jetons un coup d’œil à la piscine thermale. Malgré la fraîcheur de l’air ambiant, peut-être que nous aurions du prendre nos maillots ? Nous aurions pu profiter de l’eau qui doit avoisiner les 30°.

Pammukale

Mais après réflexion, nous nous demandons combien de litre d’eau sont détournés pour alimenter cette piscine ?


Sur le chemin du retour on rencontre des mariés qui posent devant les basins.

Pammukale
Pammukale
Arrivés au camping-car, les enfants me demandent :
« On va où après ? »

Bonne question ! Avec l’incertitude sur le délai d’obtention du visa iranien, je me demande comment ajuster notre itinéraire.
Bon pour ce soir de toute façon, il faut continuer vers l’est alors, continuons.
 
 
En sortant du parking on aperçoit un camping-car stationné. On en voit de moins en moins alors on les remarques tout de suite. Ce sont des allemands. En passant, j’aperçois un grand panneau blanc sur le côté de leur véhicule. Il y a plein de signatures et il est indiqué, en anglais, « Les amis qui nous ont aidé pour notre tour du monde ».
 
Il y a quelqu’un à l’intérieur, ni une ni deux, je fais demi-tour pour aller à leur rencontre.
Une dame, d’environ 65 ans, sort avec son chien. Malheureusement elle ne parle pas anglais. Elle nous fait des gestes que nous ne comprenons pas. Bon tant pis. Et lorsque qu’on s’apprête à repartir, son mari arrive. Lui parle très bien anglais. Très rapidement on se rend compte qu’on fait le même parcours, en tout cas, jusqu’au Kirghizstan.
 
Ils sont partis tout début mars d’Allemagne et on suivi la côte adriatique, comme nous. Ce sont les premiers grands voyageurs que nous rencontrons sur la route, on est super content.
Leur projet est d’aller jusqu’en Asie du sud-est par la Chine et la Mongolie, et de revenir par l’Inde et le Pakistan. Avec un retour prévu fin novembre.
 
Et l’année prochaine ils prévoient de faire le continent américain. En 2019, l’Afrique. Et en 2020 l’Australie. Quel programme !!
 
L’échange est court mais très excitant, je regarde quand même d’un œil jaloux, les visas iraniens et turkmènes déjà en leur possession !!
Peut être aurons nous l’occasion de se recroiser plus tard et d’échanger plus tranquillement. Nous avons pris leur adresse mail et leur blog pour reprendre contact ultérieurement. Encore une belle rencontre.
 
 
Nous redescendons la colline et nous rendons dans la ville voisine de Karahavit. Ici aussi des sources chaudes sortent de la montagne. Mais contrairement à Pammukale les concrétions sont rouges-orangées et non blanches. C’est sympa aussi.
Pammukale
Pammukale
Pammukale
Nous quittons le site avec un sentiment partagé. Quel dommage que le site n’est pas pu être protégé. Selon nous il faudrait interdire complètement l’accès aux bassins. Le plaisir des yeux suffirait largement. Nous espérons qu’une partie de la recette des entrées va à la préservation du site, et que n’avons pas contribué, nous aussi, à l’enrichissement de quelques individus.
 
 
Nous reprenons la route direction l’est, pendant une petite heure. Au soleil couchant nous sortons de la voie rapide pour trouver un bivouac. Après quelques minutes de recherche nous nous arrêtons dans un champ à côté du cimetière. C’est calme, presque plat, la vue est dégagée, et il y a de l’eau pour ravitailler.
Pammukale

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Vanessa 25/03/2017 14:07

Ces photos me rappellent mon voyage CE en Turquie, il y a bien longtemps (mai 2002). Mais la baignade dans le bassin avec les colonnes antiques étaient vraiment un bon souvenir. Pour information, l'eau de ce bassin est gazeuse et c'est vraiment drôle comme expérience. Nous avions aussi dormi dans un camping où il y avait une piscine remplie par une source d'eau chaude avec 2 bassins avec des températures différentes dont une vers 37° ça fait un grand bain ;-)

Mat 21/03/2017 21:43

Bon là normalement vous devriez être tranquilles, pas de chiens ou de musique à fond ! :)