Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
= DUDU Express =

= DUDU Express =

Un tour d'Eurasie express pour la famille Dudu en camping-car

Kashan

Vendredi 14 avril
 
Nous nous arrêtons dans la ville de Qom pour quelques courses, et pour rappeler l’ambassade du Turkménistan à Ankara. Mais à force de devoir épeler 3 fois mon nom, et de devoir rappeler le temps qu’ils regardent sur l’ordinateur, mon crédit est épuisé !!
Nous arrivons à Kashan pour le déjeuner.
 
Heureusement que nous avons sorti les tenues d’été car le thermomètre à considérablement grimpé. On dépasse les 30°. Céline peste contre les règles vestimentaires iraniennes. Elle est obligée d’avoir les bras et les jambes couverts en plus de la tête. Dans le camping-car elle s’autorise un haut plus léger mais nous sommes obligés de nous calfeutrer et nous ne sommes pas à l’abri d’avoir la visite d’un iranien curieux ou bienfaisant.
 
D’ailleurs en fin de repas, j’aperçois un homme qui s’approche. Mais il n’a pas le type « local ».
On toque à la porte et on découvre 4 de nos « voisins »  bretons qui viennent nous saluer. Nous sommes ravis, c’est la première fois que nous rencontrons des compatriotes depuis notre départ.
Ces deux couples de retraités n’en sont pas à leur coup d’essai. Ils sont déjà venus en Iran l’année dernière. Ce sont d’ailleurs de vrais globes trotteurs vu le nombre de pays qu’ils ont
visité. Ils sont notamment allés en Ouzbékistan, notre prochaine  grande étape.
 
C’est un plaisir de discuter malgré la chaleur ambiante. Tellement content d’échanger dans notre langue maternelle, nous avons oublié de proposer des rafraîchissements à nos visiteurs impromptus. (Si vous nous lisez amis bretons, veuillez nous en excuser).
Après avoir  échangé quelques bonnes rigolades et quelques bons conseils, nos visiteurs nous
quittent. Merci pour la surprise.
 
Cet après midi nous allons visiter le jardin Fin. Petit havre de fraîcheur dans cette ville aux portes du désert. Nous sommes vendredi aujourd’hui et les iraniens sont en repos. Il y a foule devant l’entrée. Avec nos tenues estivales nous sommes dévisagés. Est-ce de la jalousie ou parce qu’on ne respecte pas tout à fait le code vestimentaire ?
Il y a effectivement peu de shorts dans les parages. Céline a un haut long mais peut-être un peu trop prêt du corps. Et elle porte son foulard comme un turban de façon à garder sa nuque a l’air libre. Sur ce dernier point on s’est d’ailleurs fait réprimander à Qom par un petit flicallon, alors que personne d’autre ne nous a fait de réflexion.
 
Le jardin, entouré de grands murs crépis au torchis, abrite une source naturelle dont l’eau ruisselle dans des petits canaux. C’est vrai qu’on sent tout de suite une baisse de température. Le bruit de la circulation est aussi considérablement atténué.
Kashan
Kashan
Kashan
Kashan
Kashan

Nous pensions profiter de ce coin reposant pour jouer aux cartes sur l’herbe, malheureusement les pelouses sont inaccessibles. Tant pis, nous rejoignons notre demeure où la température ne cesse de monter !!

Kashan

Samedi 15 avril,

Avec une nuit caniculaire bercée par le bruit de la circulation, des klaxons et des cris, nous sommes un peu fatigués au réveil.

Mais nous nous levons rapidement pour visiter la ville sous une fraîcheur toute relative.
Nous hésitons entre taxi et camping-car pour rejoindre le centre historique, mais comme la matinée est calme, on ose la Dudumobile.

Sur la route nous passons devant le mausolée d’Ibrahim. Ici les dômes ont mis de côté les dorures et s’habillent de belles couleurs turquoises.
 

Kashan

La ville de Kashan abrite des belles maisons historiques (disons plutôt des palais). Pour limiter notre budget nous n’en visiterons qu’une seule : la maison Tabatabei. Mais quel régal pour les yeux. Je vous laisse apprécier.

Kashan
Kashan
Kashan
Kashan

La maison est découpée en trois parties, celle des propriétaires, celle des invités et celle des domestiques. Le détail des sculptures est tout simplement exceptionnel.

Kashan
Kashan
Kashan
Kashan

En sortant nous passons devant le mausolée du Sultan Mir Ahmad.

Kashan

Ensuite nous visitons le Hamam du même sultan, tout proche.

Kashan

Nous commençons par le toit, magnifique avec toutes ces coupoles. Les enfants s’éclate à les escalader une à une.

Kashan
Kashan
Kashan
Kashan

D’ici nous avons un superbe vue sur la maison Boroujerdi et ses tours à vent. L’air capté est dirigé vers un bassin afin d’être rafraichi, puis est diffusé dans l’habitation. Un ingénieux système.
 

Kashan

Nous descendons ensuite à l’intérieur du hammam tout de bleu vêtu. Un exemple typique des hammams iraniens.

Kashan
Kashan
Kashan

Nous continuons notre découverte de Kashan et parcourons les belles rues aux jolis murs beiges pour rejoindre la mosquée Agha Borzog, très aérée.

Kashan
Kashan
Kashan

La fin de notre visite sera pour le bazar, bien moins joli que celui de Tabriz. Cependant au hasard des ruelles nous tombons sur une mosquée à l’intérieur pour le moins étincelant !!

Kashan
Kashan
Kashan

Nous cherchions un tapis de pique-nique mais nous revenons bredouilles. Avec cette longue marche, les enfants peinent pour rentrer au camping-car. D’autant que la chaleur commence à se faire sentir et que la rue commence à s’animer.

Kashan
Kashan
Kashan

Heureusement nous avons un bon melon jaune et une bonne salade de crudités pour nous rafraichir.

Kashan

Après le déjeuner nous quittons Kashan pour rejoindre Ispahan, le joyau de la Perse, via l’autoroute.

L’homme est guichet est tout content de nous voir. Après lui avoir dit que nous étions français, il baragouine un truc incompréhensible. Genre « « Zanedone Zadane »
Après avoir précisé qu’il s’agissait de football, je finis par comprendre. Ah !! « Zinedine Zidane ».
Il finit par nous laisser passer gratuitement.
Nous parcourons les 230 km tranquillement, le vent souffle et fait voler la poussière.
 

Kashan
Kashan

Nous arrivons à Ispahan en fin d’après midi. Mauvaise idée, c’est l’heure de la débauche et la circulation est extrêmement dense. Entre les taxis, les bus, les piétons et les motos qui se faufilent partout, on serre les fesses. Surtout  que nous n’avons pas d’assurance.

Nous avons prévu de nous stationner dans un parking bien placé, malheureusement la file de voitures qui attendent pour rentrer nous fait penser qu’il n’y aura pas de place pour nous.

Nous longeons les boulevards au gré des panneaux indiquant des parkings mais, soit ils sont complets, soit ils sont souterrains, soit nous on nous refuse. Quelle galère, nous fatiguons à mesure que les minutes passent.


Nous finissons par apercevoir un parking avec de la place libre. Encore nous faut-il faire demi-tour, surtout qu’un bus est bloqué à cause des véhicules mal stationnés.
Lorsque nous arrivons enfin à entrer dans le parking, le gardien nous fait signe que nous devons ressortir, sans doute car nous sommes trop gros. C’est inenvisageable pour nous. Il finit par accepter et un autre homme nous place dans un coin du parking. Pas le plus loin de la route, mais bon.

Nous commençons à nous préparer pour la nuit, quand l’homme nous demande de venir au guichet.
Je comprends que le parking ferme à 22h et qu’il faut que nous soyons partis pour cette heure. Comme il n’en est pas question, je parlemente et il finit par accepter.

Lorsque je demande le prix, c’est le pompon. Il nous demande  600 000 rials, alors qu’à Tabriz nous en avions eu pour 20 000. Cela ne fait que 15 euros me direz vous, mais c’est presque notre budget quotidien ici en Iran.
J’essaye de négocier à 300 000 en expliquant que, la nuit, le parking étant fermé, nous n’occupons la place de personne. Rien n’y fait.

Nous y retournons quelques minutes plus tard, mais à deux cette fois. Malheureusement les hommes au guichet sont inflexibles. Dépités, nous les quittons rageurs, près à lever le camp. 
Finalement un autre homme nous rattrape et il est prêt à négocier. Il nous propose 450 000. C’est encore trop pour nous. A force d’arguments divers et variés, nous arrivons à notre prix plafond, 300 000 euros. Quand même !! Pour le remercier nous lui donnons quelques petits cadeaux, comme à l’habitude.

Cette fois nous pouvons regagner nos pénates et commencer à diner. Mais la tranquillité sera brève, quelques instants plus tard, on toque à la porte. C’est l’un des guichetiers, il nous tend un sac rempli de popcorn au paprika. Nos sommes scotchés. Céline peut remiser la salade composée, la suite du repas est toute trouvée.

 

 

Message particulier
 
A travers ce modeste blog nous espérons vous montrer les vraies valeurs de l’humanité . Vous montrez que malgré les différences de cultures et de religions, les hommes sont intrinsèquement bons, généreux et solidaires. Ce n’est pas en nous renfermant et en nous coupant du monde que nous allons arrêter la barbarie et la bêtise humaine.
 
L’histoire, et le présent, montrent que la haine et la peur des autres n’amènent que guerre, tristesse et désolation.
 
Alors, du cœur de l’Iran, sur les routes reliant depuis des siècles les peuples de ce monde, nous tenons à vous écrire ce petit message de paix. Pour nous, pour nos enfants, et le reste du monde, ce dimanche 23 avril, ne vous trompez pas sur les vrais valeurs des hommes et de notre pays.
 
 
 
Notre voyage nous aura aussi convaincu d’une chose. Nous vivons tous dans la même maison et l’enjeu écologique n’a de sens qu’au niveau mondial.  A l’heure où l’accord de la cop21 s’étiole, il est plus que temps d’agir. Ou l’homme, malgré ses nobles valeurs, est-il si bête qu’il détruit la main qui le nourri au nom de la sacro-sainte rentabilité ?
 
L’Europe, la France et nous tous, devons continuer à montrer l’exemple.
 
 
 
Ca fait un peu propagande, mais les enjeux sont grands ;-)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Manu 19/04/2017 07:32

Superbes images, véritable dépaysement. Les photos sont magnifiques le tout finissant par un message plein d'humanité et d'espoir.
Bonne route à vous

Marie-c 18/04/2017 21:06

Magnifique ausdi bien les images que les messages. Merci a vous 4

Mat 18/04/2017 13:56

Très belle conclusion, le message est fort et reflète parfaitement les rencontres que vous nous faites partager ici.

eve 18/04/2017 13:11

merci pour ces beaux exemples de partages que vous rencontrez tout au long du voyage.
magnifique architecture que cette ville de kashan, patience est le fin mot de cette page .
bisous à vous tous