Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
= DUDU Express =

= DUDU Express =

Un tour d'Eurasie express pour la famille Dudu en camping-car
Nous sommes rentrés depuis août 2017

A la découverte du désert de Kysylkoum

Samedi 6 mai,

Avant découvrir le désert de Kysylkoum, il nous faut refaire le plein d’eau et de gasoil. Mais c’est loin d’être une formalité ici en Ouzbékistan. L’eau est beaucoup plus difficile à trouver que dans les précédents pays que nous avons traversés. Mais sur les bons conseils d’un hôtelier, on trouve un robinet en libre service à quelques kilomètres du centre de Khiva.
 
Pour le gasoil, c’est encore pire. La majorité des véhicules roulent au gaz, très présent dans la région. Quelques uns roulent à l’essence. Mais au gasoil, il n’y a guère que les gros camions et gros bus. Tant est si bien que peu de stations sont approvisionnées. On peut quasiment parler de pénurie. Et bien sûr, impossible de distinguer les stations qui en ont. Alors, il faut s’arrêter à chacune d’entre elles et demander. Généralement on nous oriente vers la direction où aller pour en trouver. C’est pas compliqué mais c’est fatiguant à la longue.
De fait on trouve aussi du gasoil au marché noir. Mais il est fortement déconseillé d’en prendre car il est parfois coupé avec de l’eau. C’est un coup à flinguer le moteur !!
En retournant sur Ourguentch, on trouve du gasoil à la deuxième station que nous essayons, coup de bol. Les pompes sont vraiment vieilles,  le compteur analogique ne se remet pas à zéro entre chaque client. Pour savoir combien on a mis de litre il faut faire la différence entre avant et après.
 
Nous sommes maintenant parés pour aller visiter les forteresses du désert. Nous faisons une pause déjeuner vers Beruni. A côté de nous les enfants se baignent dans la rivière et font des batailles de boue. Nous nous gardons bien de les rejoindre !! :-D
A la découverte du désert de Kysylkoum

Nous apprécions les villages de campagne que nous traversons. Grâce au réseau de canaux, l’homme a grignoté le désert. Un peu plus loin c’est terminé,  c’est la nature à perte de vue. C’est alors que nous apercevons la forteresse de l’Ayaz Quala qui trône sur son rocher. Après quelques photos nous parcouru la dernière centaine de mètres qui mène au bout de la route, à côté du camp de yourte. C’est alors que traverse devant se que nous croyons être un suricate. Il va vite, très vite, impossible de le prendre en photo. Après vérification, ça devait être un rat des sables.

A la découverte du désert de Kysylkoum
A la découverte du désert de Kysylkoum

Nous réservons une surprise aux enfants. En plus de l’hébergement ce camp de yourte propose des balades en dromadaire. Nous nous installons tranquillement dans une yourte pour discuter tarif avec la patronne (selon le taux de change au black, le prix n’est pas le même ….). C’est alors que les enfants nous demandent s’ils peuvent retourner dans le camping car pour regarder la fin de leur film. Pfff, à peine s’ils sont contents de faire cette sortie ! Cela nous met en rogne, nous leur offrons un voyage extraordinaire et ils ne peuvent pas patienter 10 minutes sans écran. Seraient-ils blasés ? Toujours est-il que nous profitons que la dame soit au téléphone pour tous retourner dans le camping-car et mettre les choses au clair. A la maison nous limitons le temps sur les écrans, sinon ils passent leur temps dessus et quand ils ne sont pas dessus, il ne pense qu’au prochain moment ou ils pourront s’y remettre. Ils deviennent addicts !!  Pendant le voyage, avec les longs trajets et autres temps d’attente, ils peuvent jouer sur les tablettes et DS tant qu'ils veulent, mais manifestement cela ne leur réussit pas. Nous devrons donc être vigilent là-dessus et stopper les écrans en même temps que le moteur !
Les choses étant dites, nous retournons voir la dame pour finaliser la réservation. Les dromadaires étant partir grignoter un peu plus loin. Nous commençons par aller voir la forteresse.

Sur le chemin nous découvrons la faune et la flore locale, il y a des petits et des gros lézards, des terriers aussi mais nous n’essayons pas de voir ce qu’il y a dedans. Bonne chance pour trouver le lézard sur la photo !

A la découverte du désert de Kysylkoum
A la découverte du désert de Kysylkoum
A la découverte du désert de Kysylkoum

De la forteresse il ne reste que le mur d’enceinte, mais la superficie est impressionnante. La vue d’en haut sur le désert et le camp de yourte est magnifique.

A la découverte du désert de Kysylkoum
A la découverte du désert de Kysylkoum
A la découverte du désert de Kysylkoum

Sur le chemin du retour, nous avons une petite frayeur, un gros lézard coupe la route devant Simon, qui sursaute et se met à crier. Du coup tout le monde a peur et se met crier à son tour. Et puis rebelote, alors que Pauline veut le chasser, il fait face et commence à avancer vers elle. Elle crie et nous aussi ! Super les aventuriers !!

A la découverte du désert de Kysylkoum

De retour au camp, les enfants jouent dans le sable. Et on commence à préparer nos dromadaires pour la promenade

A la découverte du désert de Kysylkoum
A la découverte du désert de Kysylkoum
A la découverte du désert de Kysylkoum

Les hommes commencent par mettre une couverture, puis vient ensuite une armature en bois sur lequel se fixent les sangles ventrales, de tête et de queue. Et puis on ajoute une dernière couverture pour le confort du passager.
Pauline et Céline commencent, le lever des dromadaires est toujours délicat. Il commence par tendre à moitié les pattes de devant, puis totalement les pattes de derrière et pour finir de nouveau les pattes de devant. Ce qui fait qu’on est bien secoué sur la bête.

A la découverte du désert de Kysylkoum
A la découverte du désert de Kysylkoum

Puis c’est le tour de Simon et moi. La ballade au couché du soleil, wouhaww, le top.

A la découverte du désert de Kysylkoum
A la découverte du désert de Kysylkoum
A la découverte du désert de Kysylkoum
A la découverte du désert de Kysylkoum
Après la promenade nous retournons voir la dame qui gère le camp pour le règlement. Il semble qu’il y ait eu un problème de communication car nous avions convenu une ballade de 30 minutes par personne et nous avons à peine eu 10 minutes.
Comme la nuit est en train de tombée, nous convenons de refaire un tour demain matin.
Nous apprécions le calme paisible de la nuit dans le désert.
A la découverte du désert de Kysylkoum
A la découverte du désert de Kysylkoum
Dimanche 7 mai,

Il y a de l’agitation ce matin. Les dromadaires ont décidé de venir paitre à côté de nous. Et puis il y a pas mal de cars qui viennent voir le site. Des écoliers ouzbèks, des touristes français, ou italiens. Dont certains camping-caristes qui nous félicitent pour notre courage. Ca fait plaisir.
Vers 10h nous retrouvons nos dromadaires pour un tour un peu plus long et on apprécie tous énormément.
A la découverte du désert de Kysylkoum
A la découverte du désert de Kysylkoum
Les filles reviennent avec une tortue. C’est sans doute elle qui se cache dans certains terriers. Attention ça griffe !!
En tout cas nos dromadaires ont bien mérité un peu de pain en guise de récompense !!
A la découverte du désert de Kysylkoum

Sur le camp il y a aussi un vieux chameau, sans doute de Bactriane. Il a le nez tout ensanglanté, il a du se faire mordre par un dromadaire.

A la découverte du désert de Kysylkoum

Nous partons ensuite à la découverte de quelques autres forteresses du désert. Elles sont loin d’être aussi bien conservées mais qu’importe nous traversons de jolis paysages. Nous apercevons encore un « rat des sables » mais il est lui aussi trop rapide pour la photo. Par contre, les ânes, les hérissons, les lézards et les abeilles, ça le fait.
 

A la découverte du désert de Kysylkoum
A la découverte du désert de Kysylkoum
A la découverte du désert de Kysylkoum
A la découverte du désert de Kysylkoum

Pour déjeuner nous nous garons à côté de la forteresse Guldursun Qala. Nous y faisons la connaissance d’un jeune garçon ouzbèk qui vient à notre rencontre. Il nous offre des daoutchas qui sont ni plus ni moins que des abricots verts et loin d’être murs. Ils sont très durs et très acides et ils se mangent avec le noyau. Les enfants en raffolent !! Selon la légende, les femmes enceintes qui voient des enfants manger ces abricots doivent en manger à leur tour sous peine d’avoir un bébé avec des yeux verts.
Céline qui n’est pas enceinte, tente quand même l’expérience. Mais de toute façon les yeux verts vont très bien à Simon.
De fait, on teste tous les daoutchas et il est vrai que les enfants grimacent moins !!!

A la découverte du désert de Kysylkoum
A la découverte du désert de Kysylkoum
A la découverte du désert de Kysylkoum
A la découverte du désert de Kysylkoum
A la découverte du désert de Kysylkoum

Le jeune garçon est adorable, il nous apporte des œufs de chez lui aussi. Il reste un long moment avec nous, ce qui permet aux enfants de lui montrer nos livres photos, le notre et celui de l’école. On lui fait voir également le film de l’école réalisé par la classe de Pauline.
Il nous accompagne également dans la découverte de la forteresse.
 

A la découverte du désert de Kysylkoum
A la découverte du désert de Kysylkoum
A la découverte du désert de Kysylkoum

En début d’après midi, nous entamons le long trajet qui doit nous emmener à Boukara.

A la découverte du désert de Kysylkoum

Le début de la route à partir de Tourtkoul est catastrophique. Nous craignons que les 300 km soit ainsi. Mais heureusement, après quelques dizaines de kilomètre, nous avons droit à une belle 4 voies toute neuve. Yeah !!!

Notre découverte de la faune n’est pas terminé car nous apercevons un renard du désert sur le bas côté. Balaise la bête !!
A 18h passée, on s’arrête dans un petit village où nous ne passons pas inaperçus. Sitôt stationnés, Pauline et Simon partent jouer avec les enfants du village. C’est foot pour les garçons et cordes à sauter pour les filles !
Moi je m’amuse à observer un scarabée bousier qui essaye tant bien que mal de déplacer ça boule d’excréments jusqu’à son terrier !

A la découverte du désert de Kysylkoum
A la découverte du désert de Kysylkoum
A la découverte du désert de Kysylkoum
  1. En début de soirée nous avons la visite des adultes. Nous remarquons que leur visage est assez différent des Ouzbèks qu’on a rencontrés jusqu’alors. En fait ils nous expliquent qu’ils sont d’origine kazakh. Les soviétiques ont tellement déplacés les populations que les ethnies sont très mélangées dans les pays de l’ex URSS.

Nous en profitons pour leur demander si l’école est ouverte demain 8 mai, ou si la journée est fériée comme chez nous. A priori il y a école, cool. Nous pourrons la visiter et donner un peu du matériel qu’il nous reste encore.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article