Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
= DUDU Express =

= DUDU Express =

Un tour d'Eurasie express pour la famille Dudu en camping-car

Boukhara et le lac Toudakoul

Lundi 8 mai,


Nous nous réveillons un peu plus tôt que d’habitude pour aller visiter l’école. En attendant l’heure d’ouverture les enfants retournent jouer avec leurs copains.
De notre côté nous avons la visite de deux hommes que nous n’avions pas vu hier. Nous comprenons que ce sont des ouzbèks qui travaillent à proximité du village. Ils veulent que je les accompagne. Mais comme nous voulons aller à l’école je suis forcé de refuser.
Mais l’un des hommes revient quelques minutes plus tard pour nous annoncer que l’école est finalement fermée. Décidemment on manque de chance de ce côté-là.
Je suis donc maintenant obligé de les accompagner. A plusieurs reprises ils nous ont parlé de wagons et on croyait qu’il travaillait sur une voie ferrée. Mais ce qu’ils voulaient dire est qu’ils vivent dans un camp de « wagons ». Ce sont en quelque sorte de grosses roulottes faites à partir de containers.
Ils m’en font visiter une. Ca a des airs de Dudumobile ;-) Bon ils n’ont pas voulu que je prenne en photo la partie cuisine. Avec le poêle à bois et le petit lavabo.
 On m’offre le thé, et du pain aussi. Ils veulent me servir de la vodka, mais à 9h30, je préfère refuser :-D
On partage un moment comme ça, on compare nos salaires, je leur montre des euros qu’ils n’on jamais vu, ils me font voir comment ils cuisent leur pain. C’est sympa
Puis je retourne au camping-car, sans savoir quel est leur métier finalement …

Boukhara et le lac Toudakoul
Boukhara et le lac Toudakoul
Boukhara et le lac Toudakoul

Je récupère Pauline et Simon qui s’amusent bien. Simon s’essaye au jeu du cerceau et du bâton. Pas facile, encore que les Kasakhs le font avec une tige en métal courbée au bout.
Comme nous n’avons pas pu visiter l’école, nous offrons un ballon de foot et des cordes à sauter aux enfants. Ils sont ravis.

Boukhara et le lac Toudakoul
Boukhara et le lac Toudakoul
Boukhara et le lac Toudakoul
Boukhara et le lac Toudakoul

Maintenant, direction Boukhara. Nous récupérons la voie rapide qui malheureusement s’efface à Gazli. Elle laisse place à un champ de bataille. Des trous immenses à perte de vue et une poussière infernale. On n’avance à rien. Ajoutez à cela la température qui dépasse les 35°, c’est l’enfer !


Nous arrivons à Boukhara en fin d’après midi. Nous avons un point de chute près d’une d’un B&B où nous pourrons nous enregistrer. Le GPS nous fait nous engagé dans une ruelle. C’est étroit mais ça passe. Sauf qu’il s’avère que ça n’est pas la bonne rue. Pourtant c’est le bon nom. Avec l’aide d’un Ouzbèk anglophone on finit par trouver la rue sur le GPS mais elle est de l’autre côté du centre ville. Comme si elle était en deux parties. Bizarre.
Nous voilà obligé de reprendre la ruelle en sens inverse. Nous ne sommes qu’à 2 km de notre arrivée mais par le centre, la route est coupée par un secteur piétonnier. Nous voilà obligé de nous extraire des ruelles et de faire un grand tour. Nous sommes crevés, on en a marre, il est temps que la journée se termine.

Pfiou on finit par arriver. La dame du B & B est très accueillante, en plus elle parle posément, ce qui nous détend un peu. L’enregistrement à 5€ par nuit et par personne, et c’est gratuit pour les enfants. Du coup, on s’enregistre pour les deux prochaines nuits. Et il y a un point d’eau à proximité, c’est pas mal.
Mais avant de nous arrêté complétement il nous faut encore faire quelques courses. On cherche une supérette de taille moyenne et on fait pas mal de kilomètres pour finalement ne pas en trouver. On se retrouve dans une micro boutique avec peu de choix, et aucun prix sur le produit. C’est le genre de truc qui nous gonfle ça, c’était pareil en Albanie. Du coup on ressort avec juste les produits de première nécessité. On fait également un tour au bazar pour s’approvisionner en fruits et légumes. Dans ce bazar immense on passe un bon moment à trouver où se trouve la section primeurs.  Lorsqu’on y arrive les commerçants sont en train de remballer et on fait nos achats au pas de course. Punaise les fruits sont chers ici. Les légumes ça va, mais les fruits !!! Presque 50 centimes d'euro la banane !!

Allez c’est terminé pour aujourd’hui, on retourne dans la rue près du B & B où nous nous garons près d’une madrasa. La rue est boueuse mais tant pis. De toute façon avec la chaleur ça séchera vite. Demain matin, à la fraîche, nous irons découvrir la belle ville de Boukhara. Une belle journée de détente en perspective.

Boukhara et le lac Toudakoul
Mardi 9 mai, l’Ouzbékistan fête ses 25 d’indépendance.
Il fait déjà chaud de bon matin lorsque nous partons arpenter la ville. Nous commençons par l’Ark tout proche. Cette immense cité royale est le plus ancien bâtiment de la ville. L’intérieur est majoritairement en ruine suite au bombardement par l’armée rouge en 1920. Il reste quelques appartements transformés en musée.
Boukhara et le lac Toudakoul
Boukhara et le lac Toudakoul

Autant le mur d’enceinte et l’entrée sont très joli, autant l’intérieur n’est pas exceptionnel. Nous retiendrons malgré tout le musée d’histoires naturelles qui présente entre autres quelques spécimens d’animaux que nous avons aperçu les jours précédents. Il y a aussi un exemple d’ « arbre à soie » ainsi que des chrysalides du papillon Bombyx. A l’état de chenille ce papillon n’est autre que le ver à soie. C’est à ce papillon originaire de Chine que l’on doit le développement commercial des routes de la soie.
Celui que l’on appelle « arbre à soie » est en réalité un murier. Il y en a beaucoup en Ouzbékistan. Ils donnent des mures qu’on retrouve sur les étals du bazar.

Pauline étant prises de maux de ventre et de tête nous repassons au camping-car pour prendre des médicaments. Espérons qu’ils fassent effet.
Nous nous dirigeons ensuite vers la mosquée et le minaret Kalon. La température grimpe en flèche et les enfants traînent la patte. La place est majestueuse. J’ai un coup de cœur pour le minaret et ses 14 bandes décoratives.
Boukhara et le lac Toudakoul
Boukhara et le lac Toudakoul
Boukhara et le lac Toudakoul

En face de la mosquée il y a la madrasa Mir-i-Arab qui donne un ensemble très harmonieux.

Boukhara et le lac Toudakoul
Boukhara et le lac Toudakoul
Boukhara et le lac Toudakoul

Les enfants ont retrouvé la forme et nous prolongeons ensuite jusqu’au bazar Taki-Zargaron qui ne recèle désormais que des articles de souvenirs et autres produits touristiques.

Boukhara et le lac Toudakoul
Boukhara et le lac Toudakoul
Boukhara et le lac Toudakoul

Viennent ensuite les madrasas Ulug Beg et Abdul Aziz Khan qui se font face. La première est la plus ancienne madrasa d’Asie centrale, érigée en 1417. Les deux mériteraient une petite restauration, mais elles arborent encore de jolies décorations. Là aussi toutes les pièces des madrasas ont été transformées en boutique de vente de produits en tout genre. Nous avons malgré tout la chance de visité une ancienne chambre d’étudiant.

Boukhara et le lac Toudakoul
Boukhara et le lac Toudakoul

La fin de matinée approche lorsque nous arrivons à la mosquée Maghok-i-Attar, c’est la plus vieille mosquée d’Asie centrale et date du IX ème siècle. Elle serait bâtie sur des fondations de temples encore plus anciens. On y découvre également des pigeons amusants avec des grandes plumes aux pattes.

Boukhara et le lac Toudakoul
Boukhara et le lac Toudakoul

Finalement nous aurons bouclé notre programme de visite matinal assez rapidement. Nous prenons le temps de flâner sur la place Liab i-halouz. Le bassin et l’ombre apportés par les muriers centenaires nous donnent un peu de fraicheur tout relative.

Boukhara et le lac Toudakoul
Nous prenons le temps de consulter les guides touristiques pour sélectionner notre restaurant. Mais lorsque nous nous y présentons nous n’y trouvons personne. Nous avons beau appeler, personne ne répond. C’est vrai qu’il est tôt mais quand même. Alors que nous hésitons à rebrousser chemin, on trouve le cuisinier au rez de chaussée.
Il appelle son équipe de jeunes serveurs qui nous installe dans une salle joliment décoré. Nous sommes seuls et cela nous surprend car le restaurant a de bons avis.

Le service laisse un peu à désirer. Juste pour commander les boissons c’est pas simple. Et l’attente des plats est vraiment longue.  Il n’y a toujours aucun autre client dans le resto et nous pensons vraiment avoir fait le mauvais choix. Mais finalement les plats arrivent et c’est très bon. Tellement bon qu’on n’a même pas pris le temps de prendre des photos.
 
Le programme de visite de l’après-midi est très light. Nous nous contentons d’aller voir le Tchar Minar à 15 minutes de marche. On rase les murs pour avoir de l’ombre ! Nous passons devant un coiffeur et ça tombe à pic, les cheveux de Simon ont bien poussé depuis Ankara. Malheureusement le coiffeur est booké pour l’après-midi et nous sommes stationnés trop loin pour revenir ce soir.
Le Tchar Minar n’a qu’une fonctionnalité décorative mais il rempli bien son rôle !
Boukhara et le lac Toudakoul

Sur le chemin du retour nous faisons une pause fraîcheur près du bassin du Liab-i-Haouz où nous nous octroyons une petite glace.

Boukhara et le lac Toudakoul
Boukhara et le lac Toudakoul

Nous passons la fin d’après-midi dans le camping-car. C’est vraiment la fournaise cet après-midi, on ne doit pas être loin des 40° à l’ombre,  alors on va se rafraîchir de temps en temps au robinet qui se trouve dans la rue.  Avec notre porte grande ouverte nous avons la visite de bon nombre d’Ouzbeks qui repartent presque toujours le pouce levé !

Je profite de cette pause pour bricoler un peu. Le rangement mural de la couchette de Pauline s’est décollé avec la chaleur, et le poids de tout ce qu’il y a dedans aussi. :-D
Je dois également réparer ma ceinture de sécurité qui se bloque dès que je veux la dérouler. Les vibrations à répétition ont desserré la vis de fixation !

Le soir venu la température ne descend presque pas. Alors pour avoir un peu de fraîcheur on grignote notre paquet de chips dans la rue. Est-ce que nos voisins d’en face ont eu pitié de nous ? Toujours est-il que quelques minutes plus tard le garçon de l’âge de Simon nous apporte un plat de ravioli, un pain et deux pommes. Cela n’était évidemment pas prévu mais les raviolis s’accompagnent parfaitement avec la salade de crudités de Céline.
Après manger nous rapportons l’assiette et quelques cadeaux de remerciement. La dame voulait encore nous offrir des choses à manger mais nous préférons refuser et regagner notre camping-car.

Boukhara et le lac Toudakoul
Mercredi 10 mai.

La propriétaire du B&B vient nous apporter nos coupons d’enregistrement. Sur ses conseils nous avons choisi de nous enregistrer pour deux nuits supplémentaires en différé. Cela nous évitera de devoir le faire à Samarcande.
Puis la dame nous accompagne au bazar. Au passage elle nous conduit dans une station service où trouver du gasoil.
 
Nous arrivons au bazar en fin de matinée et c’est blindé. Nous nous engageons dans une ruelle pour rejoindre un parking mais comme tout le monde essaye de se faufiler pour sortir le premier, ça bloque toute la rue. Plus personne ne peut bouger. Nous nous retrouvons coincés dans la rue pendant au moins 10 minutes !! La patience en voiture n’est pas une qualité des Ouzbèks.
Nous avons pas mal de chose à acheter au bazar :  des vêtements pour Pauline, car ses habits d’été de l’an dernier commence sérieusement à être trop petit ; un petit tournevis pour réparer la Nintendo DS de Simon qui ne se charge plus ; des vivres ; et il nous faut faire du change également.
 
La dame du B&B a une taie d’oreiller à rapporter c’est pour cela qu’elle nous accompagne. Mais finalement elle nous accompagne tout le temps. C’est vraiment très généreux de sa part car elle nous guide et fait l’intermédiaire entre nous et les commerçants. Elle négocie le prix aussi !!
Elle nous dégote un change chez un vendeur de jouets à un meilleur taux que celui qu’on avait eu à Ourguentch. Et puis les liasses sont moins nombreuses. En effet depuis le début de l’année, l’état a mis en circulation des billets de 10 000 soums. Même s’ils ne représentent que 1€20, ça fait quand même 10 fois moins de billet à compter et à trimballer.
 
Pour les habits c’est un peu plus compliqué, mais nous arrivons malgré tout à trouver une T-shirt et un short. Nous allons ensuite dans la section bricolage en tout genre.
A l’heure du midi le soleil est au plus haut et il n’y a pas un pet de vent. Quelle chaleur. Nous marchons de longues minutes sous le caniar sans trouver de tournevis assez fin. Il faudrait des tournevis de précision. Il me vient alors l’idée d’aller voir un réparateur de téléphone. La panne est trouvée rapidement, un des fils de la prise de recharge a disparu. Un des gars soude un fil de remplacement mais comme nous n’avons pas pris le chargeur avec nous, impossible de savoir si la réparation est opérante. Comme il n’est pas sûr de son travail, il nous fait ça gratos ! Sympa.
 
Dernière étape, les fruits et légumes. La dame est toujours avec nous et nous aide dans nos achats mais en contrepartie on y perd en liberté. Nous aimerions prendre le temps pour choisir nos produits mais on se retrouve sollicité en permanence. Et comme il fait bien chaud et qu’on commence à avoir bien faim, on fait nos achat à la va-vite. En rentrant au camping-car, nous laissons la dame du B&B et la remercions très sincèrement pour son aide précieuse.
 
Avec avoir déjeunés et nous être posés un peu, nous décidons de retourner tranquillement, Céline et moi au bazar, pour acheter les produits qu’il nous manque.  Nous achetons notamment un délicieux miel artisanal !!
 
En milieu d’après midi nous sommes fin prêts pour quitter Boukhara. Avec la chaleur qui ne nous quitte plus et l’enchainement des journées de route, nous décidons d’aller nous mettre au calme près du lac Toudakoul.
 
Nous savions qu’une partie de la route était catastrophique et il nous faut 1h30 pour faire les 40 km. Mais qu’importe, voir l’étendue bleu nous rafraichi déjà un peu. Lorsque nous arrivons sur le parking, un homme arrive en courant. Le stationnement est payant et assez cher. Mais avec une bonne négo nous arrivons à un prix plus raisonnable. Nous resterons deux nuits ici. Une journée entière sans bouger le camping-car, ça faisait longtemps !!
Les gérants ont aménagé une petite plage le long du lac, avec des paillotes pour la farniente. Nous nous garons à côté de l’une d’entre elle, à même la plage.
Le vent qui vient du lac est rafraichissement, quel bonheur !!!
Allez hop on se met en maillot, et plouf !!!
Boukhara et le lac Toudakoul
Boukhara et le lac Toudakoul

Après la baignade on bénéficie d’un super coucher de soleil. Nous nous accordons un petit apéro du radis blanc acheté au marché, une délicieuse tarte salée confectionnée par Céline, et de la vodka ! Cette fin de journée détente aura été appréciée de tous.

Boukhara et le lac Toudakoul
Boukhara et le lac Toudakoul
Jeudi 11 mai,
 
Cela peut paraître étonnant mais c’est la première fois que les enfants font école dehors. Mais cela ne le leur réussi pas. Je pense qu’ils ont tellement hâte d’aller s baigner qu’ils ont du mal à se mettre au boulot, alors ça traîne en longueur. Moi qui voulais passer une matinée tranquille, c’est raté, je suis obligé d’hausser le ton. Mais bon, une fois l’école terminée, ça va mieux.
Boukhara et le lac Toudakoul
Boukhara et le lac Toudakoul

A l’heure du déjeuner Simon revient la peau bien rouge. Zut, nous avons complètement oublié de lui mettre de la crème solaire. On a beau lui en mettre après, le mal est fait. Il a un sacré coup de soleil sur le dos.
L’après midi chacun s’occupe à sa guise, blog, lecture, baignade, jeux. Nous observons aussi la technique très particulière d’un Ouzbèk pour laver sa voiture : il la met carrément dans le lac !!

Boukhara et le lac Toudakoul
Boukhara et le lac Toudakoul

Simon a droit une coupe en plein air. Et pour la première fois de ma vie, je joue les coiffeurs et rafraichi un peu la nuque de Céline. Je trouve que je ne m’en suis pas mal tiré.

Boukhara et le lac Toudakoul

En tout cas, cette journée de break nous aura fait du bien. Nous aurions bien aimé passé une journée de plus ici mais les jours sont comptés pour rejoindre Tachkent, où nous espérons pouvoir faire notre demande de visa russe.
 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Manu 17/05/2017 07:44

Coucou la petite superbe visite de la ville qui me semble magnifique. En tout cas heureusement que vous avez trouvé ce lac qui rafraichi un peu l'atmosphère

bon courage à vous

Denis 17/05/2017 06:44

Justement la chaleur, je me demandais comment ils la supportent dans les wagons ? En regardant bien l'image, il me semble bien deviner une clim non ?

Mat 16/05/2017 21:01

Quel couché de soleil ! Et votre spot près du lac semble vraiment l'endroit idéal pour se reposer. J'ai chaud rien qu'à vous lire !

Bon et alors cette réparation de DS, ça fonctionne ? :)

Xav 17/05/2017 04:37

Et bien non la DS ne marche pas ;-). Du coup ils se partagent celle de Pauline. C'est vrai que depuis notre arrivée en Ouzbékistan on souffre de la chaleur. Ça me en retard sur le blog !