Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
= DUDU Express =

= DUDU Express =

Un tour d'Eurasie express pour la famille Dudu en camping-car

Un début au top au Kirghizistan

Vendredi 19 mai,
 
Nous nous présentons à la frontière vers 10h. Après avoir présenté nos passeports nous pouvons passer la barrière. Nous avons le droit à une nouveauté, ici les ouzbèkes sont équipés d’un camion scanner. Concrètement on se stationne à côté, on sort du véhicule, et le camion doté d’un grand bras, avance et passe tout au rayon X.
Comme d’habitude, Céline et les enfants passent du côté des piétons et ça se passe plutôt bien. Pour rester dans la continuité des postes de contrôle, devinez quoi, on lui parle foot ! Le douanier lui passe en revue toute l’équipe de France 98 cette fois !! Mais elle aura aussi droit à un joli compliment : « de toutes les femmes européennes, les françaises sont les plus belles !!
La douanière d’à côté, lui a parlé de notre nouveau président dont elle n’arrivait pas à dire le nom !!!
Et pour couronner le tout, on lui a même offert le thé !!
 
Par contre de mon côté c’est encore du n’importe quoi. Je dois passer deux fois la Dudumobile devant une caméra parce la première fois ça n’a pas marché. Ensuite je ne sais pas à quel bureau je dois me présenter. Quand je finis par le trouver, ça ne va pas car je dois faire des photocopies des papiers du véhicule. Dont l’assurance, alors que ça ne nous a jamais été demandé, même pas à l’entrée du pays. Je dois donc aller à un autre bureau pour faire faire des photocopies. Lorsque je reviens, je dois refaire la queue. Puis arrive le moment de la fouille du véhicule. Mais bon, je crois que les douaniers sont juste montés par curiosité. A peine s’ils ont ouvert deux placards et le frigo. « Oui oui, les glaces sont made in Ouzbékistan » « Et non,  je n’ai pas de bombe ! »
Allez il ne me reste plus qu’à faire tamponné mon passeport, et nous pouvons sortir !
 
Pour l’entrée au Kirghizistan les formalités sont faciles. C’est la première fois qu’il nous faut plus de temps pour sortir d’un pays que pour entrée dans l’autre. Les douaniers Kirghizes aussi me parlent de notre nouveau président, Emmanuel Macrone ! Ils auront droit à un cours de prononciation ! La fouille est ultrarapide, on voit tout de suite que ce pays est en train de se tourner vers le tourisme. La seule difficulté porte sur le paiement de la taxe écologique sur les véhicules. On m’annonce au départ un montant de 1 000 soms (environ 15$), mais comme nous avons un gros véhicule, la taxe s’élève à 2 500 soms (environ 38 $). Je suis contraint d’aller faire du change un peu plus loin. Le taux n’est pas terrible mais je n’ai pas le choix. En plus je n’arrive pas à refourguer mon tas de billets de 1$ (ceux qui nous ont été refilés en entrant au Turkménistan).
A mon retour, le douanier reprend sa procédure. J’en profite pour l’interroger sur l’assurance du camping-car. Et il me répond que l’assurance n’est pas obligatoire au Kirghizistan. Mouais, on va quand même en prendre une.
Du coup un de ses collègues me dessine un plan pour rejoindre une compagnie d’assurance dans la ville d’à côté. Sympa.
Alors que j’avais préparé mes 2 500 soms devant moi, je ne sais pas pourquoi, mais le douanier n’en prend que 1 000 finalement.  Je me suis bien gardé de lui demander une explication !

Et voilà nous entrons au Kirghizistan, en avançant notre montre d’une heure. Nous en sommes à +4h maintenant.
Lorsqu’on a décidé de faire ce voyage en Asie, il y avait deux pays qu’il me tenait à cœur de découvrir : l’Iran et le Kirghizistan. Le premier nous a bousculé au début mais il a finalement tenu toute ses promesses. Espérons que celui-ci en fasse autant.
Et puis le Kirghizstan est le pays le plus éloigné de la France sur la carte. Quand on nous demandait jusqu’où on allait on répondait : « Jusqu’au Kirghizistan, à la frontière avec la Chine ». Même si nous ne sommes pas encore arrivé à l’extrémité Est du pays, je considère que nous avons réussi notre pari de venir visiter ce pays lointain par la route. Reste maintenant à faire le trajet retour, mais ça ce sera une autre histoire.
 
La deuxième ville du pays, Och, est juste après la frontière. Comme dans tout nouveau pays, nous entamons les démarches « administratives ». En premier lieu nous allons à l’aéroport pour retirer des soms. Dès les premiers tours de roue nous nous sentons bien, la route est bien lisse et il fait très beau mais pas trop chaud. Nous retrouvons aussi les mosquées et les chants du muezzin qui s’étaient fait oubliés en Ouzbékistan où la religion musulmane y est moins suivie.
 
A l’aéroport il y a toute une ribambelle de distributeurs qui n’attendent que nous. Espérons que la Mastercard va fonctionner… Et oui aucun problème. A deux pas nous avons aperçu des stands de téléphonie mobile. Ca tombe bien, nous y allons. L’employé ne parle que très peu anglais mais il appelle au téléphone une de ses collègues. On prend un peu de temps pour choisir l’offre qui nous convient le mieux et voilà, en 30 minutes, nous avons réglé deux points qui nous avait pris des heures en Ouzbékistan. Je sens qu’on l’aime déjà ce pays !

Nous restons déjeuner sur le bord de route près de l’aéroport puis nous nous engouffrons dans le centre ville de Och pour nous assurer. Nous pensons que le douanier s’est gouré dans le nombre de feux tricolores à franchir mais on arrive quand même à l’endroit indiqué. Le nom de l’assurance est écrit en gros sur l’immeuble.
Sauf que, à l’intérieur, aucun bureau ne porte ce nom. Nous voilà bien ! Nous nous adressons à un bureau hasard et un monsieur nous conduit un peu plus loin dans la rue. Il s’agit d’une autre compagnie d’assurance mais qu’importe. Nous avons à faire à deux dames fort sympathiques, dont les premiers mots on été de nous dire que nous n’étions pas obligé de nous assurer. Curieux ! Je me demande comment ça se passe en cas d’accident grave.
Et étrangement les Kirghizes ont plutôt de belles voitures. Certaines ont d’ailleurs le volant à droite ! Cet import massif de véhicules venant du Japon posse problème aux autorités car il est, justement, source d’accidents.
Bref, au bout d’une petite heure nous repartons, assurés. Et voilà, nous pouvons désormais profiter pleinement du pays.
 
Nous commençons dans la foulée par aller voir le trône de Salomon. Il s’agit d’un éperon rocheux à 5 pics au centre de la ville de Och. L’ascension est un peu raide mais bien aménagée. Du promontoire nous avons une superbe vue sur la ville et les montagnes à l’horizon. Nous constatons avec étonnement comment la ville est verte avec tous ses arbres.
Un début au top au Kirghizistan
Un début au top au Kirghizistan
Un début au top au Kirghizistan
Ensuite nous quittons la ville pour trouver un coin calme où dormir. Nous faisons le plein d’eau au bord de la route. Il y a beaucoup de sources ici, et on trouve partout des tuyaux sortant de terre d’où jailli de l’eau. Nous essayons de raccorder notre tuyau dessus mais la pression n’est pas assez forte pour hisser le précieux liquide dans nos réservoirs. Nous sommes bons pour remplir au seau. Nous avons la visite d’un vieux monsieur et nous observons pour la première fois le curieux chapeau kirghiz en feutre blanc, tout en hauteur. Avec sa longue barbichette, le monsieur est vraiment rigolo, mais nous ne comprenons rien de ce qu’il nous dit ! :-D
 
Nous roulons encore un peu et nous nous engageons dans un chemin qui conduit sur une petite plaine verdoyante. L’endroit semble parfait pour la nuit.
Sitôt arrêtés, les enfants qui jouaient au foot juste à côté viennent nous dire bonjour. Avec leurs yeux bien bridés et leur sourire ils ont un visage magnifique.
Simon et Pauline repartent avec eux pour jouer.
Nous les regardons de loin et apprécions le panorama avec les jolis vallons d’où redescendent les troupeaux de moutons et de vaches.
Nous sommes stationnés à proximité de la clôture d’une maison et le propriétaire vient à notre rencontre. Il comprend qu’on veut dormir dans notre « dome » mais il nous propose malgré tout de passer la nuit chez lui. Comme d’habitude, nous préférons dormir dans notre maison roulante.
 
Un début au top au Kirghizistan
Un début au top au Kirghizistan

 

Samedi 20 mai,


Ce matin Simon retourne jouer avec ses copains de la veille.

Un début au top au Kirghizistan
Nous décollons en fin de matinée pour découvrir la route qui mène au Pamir Alaï. Cette route est magnifique.
Imaginez des collines d’un vert intense, avec des rivières et des animaux qui évoluent en liberté.
Saupoudrez de quelques yourtes, et vous y êtes. Voilà, c’est exactement comme vous vous l’imaginez !
Vous êtes prêts, alors en route !!

La première vallée en partant de Och est relativement peuplée, on traverse plusieurs villages et également plusieurs troupeaux de vaches et moutons. :-D
Un début au top au Kirghizistan
Un début au top au Kirghizistan
Un début au top au Kirghizistan

On commence à voir apparaître quelques yourtes et quelques chevaux qui se baladent en liberté.

Un début au top au Kirghizistan
Un début au top au Kirghizistan

Nous montons tranquillement jusqu’au col de Chirchik à 2388 mètres d’altitude, la vue est sublime !!

Un début au top au Kirghizistan

La deuxième vallée est encore plus sauvage, nous longeons la rivière Gul’cha que nous franchissons régulièrement, au gré de la topographie. Les collines verdoyantes laissent parfois la place à des roches abruptes de teintes variées (gris intense, orange, rouge).

Un début au top au Kirghizistan
Un début au top au Kirghizistan
Un début au top au Kirghizistan
Un début au top au Kirghizistan

Puis vient  l’ascension du col Taldyk à 3615 mètres d’altitude !!! Ce sera vraisemblablement notre record !! La pente est raide et le moteur chauffe mais nous finissons par l’atteindre. La vue n’est pas exceptionnelle mais le contraste de la neige sur les cailloux noirs vaut bien une petite photo !!

Un début au top au Kirghizistan

Mais nous ne sommes pas au bout de nos surprises !!
La descente vers la vallée de l’Alaï située à 3 500 est beaucoup plus rapide et nous tombons sur …
des yacks !! Incroyable !!!
 Ces mastodontes sont impressionnants de part leur taille, leurs cornes et l’épaisseur de leur fourrure. Il faut bien ça pour vivre dans de telles contrées.

Un début au top au Kirghizistan
Un début au top au Kirghizistan
Un début au top au Kirghizistan

Nous rejoignons la ville de Sary Tach et nous stationnons sur l’herbe dans le contrebas de la route. Wouhaaaaawwww. Quelle vallée magnifique !!! La vue sur les sommets éternellement enneigées du Pamir Alaï nous fait nous sentir tout petit.

Un début au top au Kirghizistan
Un début au top au Kirghizistan
Un début au top au Kirghizistan
Par contre, nous avons un petit souci technique, la flamme du frigo ne s’allume plus. Je pense que c’est lié à l’altitude. Cela explique pourquoi on avait eu des soucis au début du voyage. Je suis obligé de le basculer un temps sur le 220 V généré par le convertisseur de tension. Je ne croyais pas qu’il serait assez puissant pour alimenter le frigo !! Mais ça n’est pas fait pour ça et la batterie se décharge à vu d’œil. Alors je dois l’éteindre au bout d’un quart d’heure, espérons que l’inertie du froid tienne jusqu’à demain.
D’ailleurs en parlant de froid, la température extérieure chute rapidement et il nous faut rallumer le chauffage pour la nuit !!

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Denis 26/05/2017 07:10

On sent bien à travers les écrits que ce pays " ça va le faire " La ville verte, on dirait Lutèce dans l'album " Le Tour de Gaulle" d'Astérix ; au moment du G7, ça laisse songeur ... En tous cas cela fait du bien de sentir l'enthousiasme et le moral gonflé à bloc. Merci de nous embarquer ;)

Marc Fondeur 25/05/2017 22:09

Magnifiques les paysages , les montagnes avec la neige et le vert de la vallée offrent un certain charme .
Bonne route .

Mat 25/05/2017 16:44

Waouh, les paysages sont sublimes ! C'est assez déroutant de voir qu'en si peu de temps, vous êtes passés d'un paysage pratiquement désertique, aride, à ce paysage plein de verdure et même enneigé !