Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
= DUDU Express =

= DUDU Express =

Un tour d'Eurasie express pour la famille Dudu en camping-car
Nous sommes rentrés depuis août 2017

Les belles retrouvailles du Kirghizistan

Mercredi 8 juin


La tempête s’est en allée et nous retrouvons le soleil sur les coups de midi. Nous pouvons admirer la vue sur les falaises et sur la rivière en contrebas de notre bivouac.

Les belles retrouvailles du Kirghizistan

En début d’après midi nous quittons le canyon charyn et nous poursuivons notre route en direction de la frontière Kirghize située à 2 000 mètres d’altitude dans la vallée de Karkara. La route qui y mène est pittoresque, on retrouve avec joie les décors que nous affectionnons au Kirghizistan. Les collines vertes, les sommets enneigés et les animaux en liberté. De plus, nous découvrons avec surprise que la neige est tombée dans la vallée la nuit dernière. Elle sublime le paysage.

Cet après midi, c’est avec fierté que nous atteignions la longitude la plus orientale de notre voyage. C’était notre objectif géographique, le point à rejoindre à quelques encablures de la Chine, dont on distingue les hauts sommets à notre gauche. Nous orientons maintenant notre trajectoire vers l’ouest, c’est la route du retour !
Le poste frontière est tellement isolé que sur les derniers kilomètres, c’est un chemin cabossé qui nous y conduit. D’ailleurs avant de nous engager trop loin nous préférons demander à un conducteur d’engin si la frontière est bien ouverte.
Et effectivement un peu plus loin, nous arrivons en vue du poste frontière du bout du monde. La zone semble vide mais à notre approche nous voyons les douaniers qui sortent des quelques bâtiments où ils étaient bien au chaud. Car en effet, l’air est glacé !
Les belles retrouvailles du Kirghizistan
Les belles retrouvailles du Kirghizistan
Les belles retrouvailles du Kirghizistan
Les formalités sont rapides. La douane est tellement petite que les guichets donnent sur l’extérieur. Au moins cette fois nous restons ensemble pour toute la procédure. Les kazakhs ont la courtoisie de ne pas monter avec leurs chaussures mouillées dans le camping-car. Ils jettent seulement un œil dans la cellule. Dommage que les kirghizes n’en fassent pas autant. Pendant que Céline donne des cours de français au douanier kazakh, et vice versa, les enfants jouent avec la neige.
En fait le passage en douane n’aurait duré qu’une vingtaine de minutes si au même moment, nous n’étions pas tombés sur un de nos compatriotes de Loire-Atlantique, comme nous. Et la surprise est encore plus grande lorsque nous nous rendons compte qu’il s’agit des EMOVO (Et Maintenant On Va Où) avec lesquels nous avions échangé quelques messages lorsque nous étions en Iran. Nous savions qu’ils nous précédaient dans la traversée de l’Asie Centrale mais nous les croyions déjà en Mongolie. Quelle coïncidence de se retrouver là au même moment à ce poste de frontière reculé.
Nous les croisons alors qu’ils se rendent à Almaty pour faire leurs visas russes, eux aussi. Nous restons discuter de longues minutes au milieu des douaniers stoïques. Au bout d’un moment ils commencent à perdre patience (ou à avoir froid) et ils nous rappellent qu’il s’agit d’un poste de contrôle de frontière et non d’un salon de thé !!
 
Alors nous revoilà une nouvelle fois au Kirghizistan et c’est vraiment chouette. La route de ce côté ci de la frontière n’est guère mieux et nous nous préparons à plusieurs dizaines de kilomètres de piste. De fait, on n’avance pas très vite et sur les coups de 18h nous nous arrêtons en bordure d’un chemin d’accès à un camp de nomades. Avec la neige l’herbe est d’autant plus glissante et nous manquons de nous enliser au moment de nous stationner. Espérons que nous pourrons sortir demain.

Nous avons la visite de deux kirghizes qui proposent aux enfants de monter sur leur cheval. C’est seulement pour la photo mais c’est tout de même sympa. A un moment le plus âgé me montre les moutons et puis il fait le signe de l’égorgement et me pointe du doigt ensuite. Je comprends qu’il me demande si je veux un mouton ?? Mais je refuse bien sûr et lui montre que se sont ses moutons et non les miens.
Céline me confirmera ensuite que c’est une marque d’hospitalité des kirghizes, ils tuent un mouton en l’honneur des invités et leur donne le meilleur morceau, la queue …
Les belles retrouvailles du Kirghizistan
Les belles retrouvailles du Kirghizistan
Les belles retrouvailles du Kirghizistan

Jeudi 8 juin

Après un déjeuner rapide, au pâté et aux cornichons au miel, nous partons en tout début d’après midi pour rejoindre Karakol. A chaque virage nous espérons retrouver un peu de goudron mais il nous faut patienter une bonne vingtaine de kilomètres pour voir notre vœu exhaussé. Je commençais sérieusement à en avoir marre du chemin. De fait, la route qui suit est excellente, elle doit être neuve. Que ça fait du bien aux oreilles !!

Un peu plus loin nous arrivons à Karakol, la grande ville à l’est du lac Issyk-Koul. Elle correspond bien à la description qui en est faite dans notre guide « Karakol se résume à un damier de rues poussiéreuses ». Mais pour nous il s’agit uniquement de faire un arrêt logistique. Retrait d’argent, plein de carburant, publication d’article de blog et passage à l’office du tourisme en vue de faire une balade à cheval dans la région. Et ça tombe bien, on devrait trouver notre bonheur dans la vallée des fleurs où nous avons prévu de nous poser plusieurs nuits.
Mais l’accès à cette fameuse vallée se mérite, surtout en camping-car. Après avoir quitté la route goudronnée où nous découvrons « les 7 taureaux » (formes arrondis dans la falaise de grès rouge), nous avons 4 km de chemin pentu et caillouteux à parcourir. Et nous devons franchir 4 fois le torrent sur des ponts de rondins de bois. Les ponts ont l’air costauds mais l’appréhension est bien là quand nous devons les traverser. Je lis la crispation sur le visage de Céline !

Les belles retrouvailles du Kirghizistan
Les belles retrouvailles du Kirghizistan

Mais ce qui m’inquiète le plus est de voir les roues patiner sur les cailloux. J’ai bien cru à un moment devoir renoncer mais après quelques tours dans le vide la Dudumobile a reprit de l’adhérence et elle a finalement réussit à nous hisser sur le jailoo (pâturage d’été).
Le site est splendide mais avant d’apprécier totalement le panorama à 360°, il nous faut encore trouver l’emplacement adéquat pour nous stationner. Ca n’est pas simple car il y a peu de surfaces planes. Et lorsque nous trouvons un spot correct, les cales s’enfoncent entièrement dans l’herbe grasse sous le poids du camping-car. Il nous faudra nous y prendre à 3 fois et après avoir combler les trous de caillou, pour réussir à rattraper, un peu, le dénivelé.
Mais tout cela en valait la peine car la vallée est vraiment chouette.

Les belles retrouvailles du Kirghizistan

Vendredi 9 juin
Quel bonheur de petit déjeuner dans un cadre aussi exceptionnel. Entourés de montagnes, de yourtes et d’animaux.
Nous assistons même à la traite des juments, dont le lait est utilisé pour le fameux koumiss.

Les belles retrouvailles du Kirghizistan
Les belles retrouvailles du Kirghizistan

En milieu d’après midi, nous partons faire une petite balade. Nous laissons Pauline au camp de yourte dans lequel elle s’est faite quelques copines et où elle s’amuse bien.

Les belles retrouvailles du Kirghizistan

Mais alors que nous sommes sur le point de  partir, nous apercevons Till et Marc qui viennent se garer à côté du camping-car. Nous avions repris contact depuis plusieurs jours et avions prévu de nous rejoindre quelque part au sud du lac Issy-Koul. C’est maintenant chose faite et nous sommes heureux de retrouver les deux aventuriers que nous avions quitté il y a un mois et demi dans le désert iranien.
Nous les enrôlons donc dans notre balade (qui débute par le franchissement d’un ruisseau, ça commence bien). C’est l’occasion de partager nos aventures et nos impressions des pays que nous avons traversés depuis mi avril.

Les belles retrouvailles du Kirghizistan

De retour au campement après une petite heure de balade, il est déjà presque temps de préparer l’apéro. Et pour l’agrémenter, quoi de mieux qu’un petit molky.
Mais alors que nous préparons le jeu, nous sommes rejoints sur le site par un couple en mini-van orange. Lui est allemand, elle est espagnol. Till et Marc les ont croisé ce matin et leur ont donné les coordonnées du bivouac.
Pendant que les nouveaux venus s’installent, nous démarrons notre partie de quille tranquillement. Mais rapidement nous voyons un groupe de kirghizes de diriger vers nous. Ces jeunes ados, ici pour la journée,  sont intrigués par notre curieux jeu.
Nous sommes une vingtaine à démarrer une nouvelle partie. Les équipes sont naturellement faites, ce sera les Européens contre les Asiatiques (au moins, pas besoin de chasuble pour se reconnaitre LOL).
 Mais quelle partie mémorable ! Un joli moment d’échange entre locaux et voyageurs. Pour la petite histoire, les locaux ont gagné 2 manches à zéro !! Honte à nous ;-)
S’en suit ensuite une visite massive de la Dudumobile, ça défile par groupe de 5 ou 6. Céline a du mal à combiner préparation du repas et selfies.

Les belles retrouvailles du Kirghizistan
Les belles retrouvailles du Kirghizistan
Pour le diner, chacun a fait un peu ses fonds de placard, et Céline arrive à combiner tout ça et à nous sortir un repas équilibré.
Au menu, Salade maïs-concombre, Pâte sauce tomate, Pizza et Crêpe géante aux pêches au sirop. Tout cela arrosé d’un petit vin rouge espagnol ! Quelle joueuse tablée.
Nous avons récupérer Pauline aussi, elle a passé sa journée en immersion au camp de yourtes. Elle a grignoté quelques trucs (beignets, graines, thé au lait, gelée), assisté à l’égorgement d’un mouton, et rassemblé à plusieurs reprises la famille dindon qui se carapatait.
Nous terminons cette super soirée à discuter à la lueur de la pleine lune et des étoiles.
Les belles retrouvailles du Kirghizistan

Samedi 10 juin,


Le soleil radieux du début de journée ne dure malheureusement pas. D’épais nuages gris s’approchent inévitablement et la pluie commence à tomber. Le couple germano-espagnol au timing séré (seulement 4 mois pour faire le même parcours que nous plus la Mongolie), poursuit son itinéraire.
Till et Marc sont indécis, il voulait faire une petite rando et rejoindre la cascade un peu plus haut, à 3 km d’ici. Mais avec le temps ils hésitent à partir. Finalement après réflexion, ils préfèrent attendre et voir l’évolution du temps à l’abri et au chaud dans la Dudumobile.
Les enfants sont en train de faire leur travail d’école, aussi Till et Marc se retrouvent contorsionnés sur la petite dinette pour leur partie d’échec !

Les belles retrouvailles du Kirghizistan

La pluie est discontinue et il y a même quelques éclaircies, nous avons espoir que le temps s’arrange un peu. D’ailleurs nous avons la visite de quatre jeunes cavaliers kirghizes qui nous proposent une balade équestre. Cela tombe à pic car juste avant la montée dans la vallée des fleurs nous avons cherché à réserver une sortie mais nous n’avons rien trouvé. Nous pensions devoir remettre cette balade à plus tard et finalement, ce sont les chevaux qui viennent à nous.
L’affaire est conclue pour le début de l’après midi et le prix proposé est tout à fait correct par rapport à  ce que nous avait dit l’office du tourisme de Karakol.
Till et Marc profitent de la venue des cavaliers pour faire une session de quelques minutes sur le Jailoo.
Alors que nous terminons notre déjeuner, nous essuyons une grosse averse. Les cavaliers qui venaient pour notre balade sont contraints de s’abriter au camp de yourte. Mais le temps semble s’arranger un peu et nous n’aurons pas à annuler notre sortie.
Malgré l’excellent anglais d’un des kirghizes, je n’avais pas trop compris comment allait s’organiser la balade. J’avais cru comprendre que nous allions être à deux par cheval avec les enfants devant nous. Mais en fait nous nous retrouvons chacun avec notre cheval et un guide assis derrière nous. Cette configuration s’avère finalement plutôt rassurante, dans la mesure où le parcours est bien plus technique que ce que nous avait laissé croire les kirghizes.
Ca grimpe pas mal et le sentier à flanc de coteaux est parfois vertigineux !! La fin du sentier étant trop accidentée nous laissons nos montures et terminons à pied. Heureusement que nous avons eu la présence d’esprit de mettre nos chaussures de marche, car avec la pluie, c’est carrément glissant.
Mais nous arrivons tant bien que mal à rejoindre la cascade encaissée dans la montagne, en nous accrochant aux racines parfois.
C’est maintenant l’heure du retour et la descente s’avère encore plus impressionnante. Lorsque le degré d’inclinaison se fait moindre tout le convoi se détend, on imite les moutons, on chantonne. Simon fait même quelques traductions anglais-français à son guide !!
Et côté météo nous nous en sortons plutôt bien, après quelques courtes averses, nous terminons la ballade sous le soleil !!
Bref, encore un beau moment à ajouter à notre collection de souvenirs !

Les belles retrouvailles du Kirghizistan
Les belles retrouvailles du Kirghizistan
Les belles retrouvailles du Kirghizistan
Les belles retrouvailles du Kirghizistan
Les belles retrouvailles du Kirghizistan
Les belles retrouvailles du Kirghizistan
Lorsque nous arrivons au campement nous croisons Till et Marc qui, après avoir rebroussés chemin une première fois, démarrent la rando que nous venons de terminer.
En début de soirée pour agrémenter l’apéro, je fais une démonstration de drone. Histoire de faire quelques jolies prises de vue.
Les belles retrouvailles du Kirghizistan
Les belles retrouvailles du Kirghizistan
Les belles retrouvailles du Kirghizistan
Nous passons encore une excellente soirée en compagnie des gars. Ca nous change des jeux de société et des soirées ciné.
 
 
Dimanche 11 juin,
 
Alors que nous sommes juste réveillés nous devons dire au revoir à Till et Marc. Ils sont plus matinaux que d’habitude car une longue journée de route les attend. Ils veulent rallier Almaty d’une traite avec en plus la visite du canyon charyn. Nous, nous avons mis 2 jours et demi pour le faire. Mais avec  leur 4x4 ils sont moins sujets à la qualité des routes.
De notre côté nous quittons la vallée des fleurs en fin de matinée. Cap maintenant sur le lac Issyk-Koul, dont le rivage n’est qu’à quelques kilomètres.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Mat 14/06/2017 20:59

Superbe article avec des photos qui donnent envie. Énorme le molky avec les locaux !

Xav 16/06/2017 06:59

Ouais, ces deux jours dans la vallée des fleurs ont été exceptionnels !! Tout y était.

christelle 14/06/2017 19:02

toujours aussi magnifique les paysages

Xav 16/06/2017 06:59

Le Kirghizistan est un magnifique pays !!

Denis 14/06/2017 06:10

Ca a l'air plutôt sympathique votre colonie de vacances ! ;)