Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
= DUDU Express =

= DUDU Express =

Un tour d'Eurasie express pour la famille Dudu en camping-car
Nous sommes rentrés depuis août 2017

Nos derniers jours au Kirghizistan

Mercredi 14 juin,
 
Après un dernier salut vers le lac Issyk-Koul, nous nous engageons dans la gorge où serpente la voie rapide qui mène à Bichkek. Cette longue descente nous permet une nouvelle fois d’apprécier la beauté et la variété des paysages kirghizes.
A mesure que nous perdons de l’altitude, la température extérieure augmente. Et lorsque, en milieu d’après midi nous atteignons la ville de Tokmok, nous avons gagné plus de 10°. Nous nous faisons ici un arrêt logistique, notamment pour changer notre filtre à gasoil que nous avons acheté à Almaty. Ne disposant pas des outils permettant le desserrage du bocal, il me faut demander l’aide d’un mécanicien. Mais même avec une grande pince, impossible de dévisser le couvercle. Il nous faut carrément démonter le bocal pour avoir d’avantage de prises. Et malgré cela nous ne sommes pas au bout de nos peines et il nous faudra encore une bonne demi-heure pour y arriver. J'ai bien cru devoir renoncer. Heureusement le remontage est plus facile. Quelques minutes plus tard, le monteur ronronne de nouveau. Je m’en vais donner quelques soms au jeune mécanicien pour le remercie de son aide, mais il n’en voudra pas.
Nos derniers jours au Kirghizistan

Après quelques courses alimentaires, nous rejoignons le site de l’ancienne citadelle de Balasagoun, près de la ville de Burana. Il ne reste plus grand-chose de la cité, pourtant épargnée par Gengis Khan. C’est surtout la tour qui mérite le détour. Il s’agit d’un ancien minaret dont  la coiffe est tombée lors d’un tremblement de terre au XVe siècle. Désormais haute de  25 m, elle est ornée de motifs géométriques en relief. Vous remarquerez qu’elle est légèrement penchée grâce à un savant agencement des briques.
Sur le site nous découvrons également quelques statues funéraires et autres pierres sculptées.

Nos derniers jours au Kirghizistan
Nos derniers jours au Kirghizistan
Nos derniers jours au Kirghizistan
Nos derniers jours au Kirghizistan
Nos derniers jours au Kirghizistan
Nos derniers jours au Kirghizistan
Nos derniers jours au Kirghizistan
La température excessive de cette fin d’après midi tombe à mesure que le soleil descend. Et nous profitons de la fraîcheur pour fêter notre 4ème mois de voyage autours d’un petit apéro.
Nous restons dormir sur le parking du site relativement calme. Nous avons la compagnie d’une famille chien, dont le chiot est vraiment rigolo.
En début de soirée le vent se lève et les branches d’arbres sous lesquels nous sommes stationnés, viennent fouetter la carrosserie. Par sécurité je me vois contraint de me lever et d’opérer une petite marche arrière en aveugle, pas très sereine.
 
 
Jeudi 15 juin,
 
Nous quittons Burana en fin de matinée pour rejoindre la capitale à une centaine de kilomètres. Ni ambassade, ni visa cette fois, notre seul objectif est le petit parc aquatique d’un des hôtels bordant la ville. Après un déjeuner sur le parking, nous accédons à la piscine tant attendue par les enfants. Ce parc est bien moins agréable que celui de Tachkent. Nous sommes un peu tassés et surtout de grands travaux de rénovation et agrandissement sont en cours. De fait nous évoluons pieds nus, au milieu des ouvriers qui soudent, amènent du matériel ou installent un nouveau toboggan. Bonjour la sécurité, jamais nous ne verrions ça en France :-)
Cela étant, nous passons un agréable après midi de détente.
Nos derniers jours au Kirghizistan
Nos derniers jours au Kirghizistan
Nos derniers jours au Kirghizistan
Et puis les enfants sont d’autant plus excités que nous avons un rendez-vous en soirée pour un skype avec l’école. Alors 19h pour nous, 15h pour la France, nous sommes fin prêts. Et c’est avec plaisir que nous retrouvons les camarades de Simon et Pauline et que nous jouons au jeu des questions/réponses. Après 4 mois passés loin de chez nous, je crois que les enfants avaient besoin de revoir leurs copains !
Nous projetons de rester dormir sur le parking de l’hôtel.  Nous profitons d’ailleurs de ses infrastructures pour faire le plein d’eau depuis un robinet extérieur.
Comme il nous reste un peu de crédit Internet, nous utilisons une partie de la soirée pour faire un skype avec Mamie Monique et Papy Daniel. Ils sont très heureux d’avoir enfin regagné leur maison qui avait brûlée l’été dernier. Ca fait plaisir !
 
 
Vendredi 16 juin,
 
Pour utiliser nos derniers soms nous avons deux possibilités, faire un resto ou faire des courses. C’est la première option que nous choisissons et nous partons donc à l’heure de midi en quête d’un restaurant à proximité. Avec les 20 € qu’il nous reste, nous faisons l’impasse sur celui de l’hôtel haut de gamme où nous sommes. Nous arrivons dans une rue avec plusieurs restaurants. Notre premier choix se porte sur le restaurant chinois. Nous nous attendions à un grand buffet où nous pourrions choisir nos plats facilement mais ici tout est à la carte et un peu trop cher pour  notre budget. A la place nous nous rabattons sur un fast good à emporter. Il y en a pour tous les gouts, Pauline et Céline choisissent un burger avec potatoes et salades de crudités, Simon prend un sandwich poulet-omelette avec une fricassée de chanterelles et moi je me laisse séduire par un émincé de veau. Le tout pour 8€ !
En 10 minutes, c’est prêt, et nous pouvons déguster tranquillement notre délicieux repas dans notre maison roulante.
Nos derniers jours au Kirghizistan
Nos derniers jours au Kirghizistan
Nos derniers jours au Kirghizistan
Ensuite, nous quittons difficilement Bichkek et nous dirigeons vers la frontière Kazakhe à 70 kilomètres à l’ouest. La route qui y mène est parsemée de petites villes et on n’avance pas très vite. D’autant plus que le trafic est soutenu. Nous aurions peut-être dû franchir la frontière au poste de douane au nord de Bichkek, celui là même que nous avions pris la dernière fois. Nous aurions fait un détour mais nous aurions surement bénéficié d’une route plus roulante côté Kazakh.

Nous nous présentons à la douane Kirghize un peu après 17h. La procédure est très rapide. Je tombe sur un douanier hyper sympa et très souriant. La fouille du camping-car ressemble d’avantage à une visite. C’est le premier douanier à s’attarder sur la carte de notre voyage qui est accrochée au mur. De fait je n’ai droit qu’à une seule remarque : « Il faut colorier le Kirghizistan maintenant ». :-D
 
En arrivant côté kazakh je suis interpelé par un groupe de personnes. Je comprends un peu tard qu’il s’agit d’ « agents » d’assurance, obligatoire au Kazakhstan. Ils sont un peu insistants pour que nous souscrivions un contrat chez eux. Pour m’en débarrasser, j’essaye de leur faire comprendre que nous sommes déjà allés au Kazakhstan et que nous avons pris une assurance à Almaty.  Ce qui est faux bien entendu, mais nous avons la ferme intention de ne pas prendre d’assurance pour les quelques jours que nous passerons au Kazakhstan, en grande partie occupés à traverser la steppe déserte. 
Les formalités sont rapides ici également, je rejoins Céline et les enfants au bureau d’enregistrement où on plaisante avec les douaniers. Céline parle de foot une nouvelle fois. Les douaniers n’arrêtent pas de rire. On ne sait pas trop s’ils se moquent de nous ou quoi. Mais toujours est-il que l’ambiance est détendue et c’est bien agréable. Il y a même un douanier qui mange une glace !
Mais lorsque je retourne au camping-car, je constate qu’un des jeunes « agent » d’assurance est en pleine discussion avec le douanier qui s’occupe des véhicules. Je vois le truc arriver à quinze miles et ça ne loupe pas, le douanier me prend la pochette des mains et commence à chercher un contrat d’assurance kazakh. Je n’ai manifestement pas été convaincant à l’entrée.
J’appelle Céline à mon secours qui, en leur montrant notre contrat d’assurance française, leur maintien qu’il est valable au Kazakhstan. Pas sûr que le douanier nous ait cru mais il laissera tomber.
En 20 minutes nous retrouvons le sol kazakh, le passage de frontière le plus rapide depuis que nous avons quitté l’Europe ! Et finalement nous ne regrettons pas d’avoir choisit ce poste frontière malgré la route qui y mène. Au moins nous ne sommes pas tombés sur les lourdauds de l’autre jour.
 
Nous roulons encore quelques kilomètres avant de chercher un coin pour la nuit. Notre première tentative s’avère un échec. Nous nous engageons sur un chemin couvert de poussière toute fine. Celle là même qui entre partout même fenêtres fermées. Rapidement nous voyons qu’un nuage se forme dans l’habitacle et nous retournons rapidement sur la route pour réouvrir les fenêtres. Un peu plus loin nous arrivons dans le village de Sypatai où nous nous stationnons sur un espace dégagé à côté du cimetière. Nous sommes un peu prêts de la route et de la ligne à haute tension mais ça fera l’affaire pour une nuit. Chacun vaque donc à ses occupations : coloriage pour Pauline, observation des sauterelles pour Simon, préparation des prochains jours pour moi et cuisine pour Céline.
Nos derniers jours au Kirghizistan

En début de la soirée nous voyons arriver deux kazakhs en voiture. On voit bien le coup où nous allons devoir encore décamper. Au départ on ne sait pas trop ce qu’ils veulent mais assez rapidement on comprend qu’on bivouaque trop près du cimetière à leur goût. Celle là, on ne nous l’avait encore jamais faite !!
Le fait de leur expliquer qu’on ne reste que pour une nuit et qu’on partira dès lendemain suffit à les rassurer, et ils nous saluent en partant.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article