Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
= DUDU Express =

= DUDU Express =

Un tour d'Eurasie express pour la famille Dudu en camping-car

L'ouest de la Lituanie, en dents de scie

Mercredi 19 juillet,


La météo annonce un temps plutôt correct ce matin, et comme le cadre est sympa, on prévoit de passer la matinée ici et de faire un barbecue. Sauf que, entre prévisions et réalité, il y a parfois un monde. C’est manifestement le cas aujourd’hui, sur les coups de 10h la pluie commence à tomber. Doucement au début puis très forte parfois. Plus le temps passe et plus nos espoirs de barbecue s’amenuisent, au grand désarroi de Simon qui adore voir le feu brûler. Pourtant le ciel bleu est immaculé à l’horizon mais le vent ne pousse pas les nuages du bon côté.


Vers midi, la pluie cesse enfin, et nous bénéficions même de belles éclaircies. Nous nous allons donc à la recherche de bois épargné par la pluie. La tâche est ardue mais nous arrivons quand même à glaner quelques morceaux. Ils sont légèrement humides mais comme le soleil chauffe bien, nous les mettons à sécher sur une table de pique nique.

L'ouest de la Lituanie, en dents de scie
A l’heure venue nous allumons notre feu et ça prend plutôt bien. La galère viendra finalement après. Le brassier étant trop large, nous n'arrivons pas à faire tenir nos pics à brochettes faits avec les cintres. Sur les deux brochettes prévues nous n’arrivons à en faire cuire qu’une seule, en se cramant un peu les mains. L’autre brochette finira à la poêle. Et au final, au moment de manger. Nous devons tout refaire cuire encore un peu. Mouais, j’aurai dû prendre du bœuf au lieu du porc ….

Bon, finalement nous nous régalons quand même, surtout avec la ratatouille de folie de Céline !! Même si la cuisine de la maison lui manque, elle arrive à faire des merveilles avec peu. Hier c’était une tarte aux pommes car elle en rêvait depuis des mois et quelle en avait marre d’attendre. Un délice !
 
Au programme de l’après midi, la visite du jardin d’Orvydas. Ce jardin est l’œuvre d’un maçon et de son fils ainé. Il rassemble des centaines de statues, sculptures en tous genres. Sur du bois, en fer ou sur de la pierre, il y en a partout. C’est un peu l’anarchie d’ailleurs, il n’y a pas de cohérence. En grande majorité ce sont des symboles chrétiens qui sont représenté mais pas que. Céline et moi n’avons pas trop accroché au site, mais les enfants se sont bien amusés à déambuler dans ce dédale excentrique. On a quand même bien rigolé !
L'ouest de la Lituanie, en dents de scie
L'ouest de la Lituanie, en dents de scie
L'ouest de la Lituanie, en dents de scie
L'ouest de la Lituanie, en dents de scie
L'ouest de la Lituanie, en dents de scie
L'ouest de la Lituanie, en dents de scie
L'ouest de la Lituanie, en dents de scie
L'ouest de la Lituanie, en dents de scie
L'ouest de la Lituanie, en dents de scie
L'ouest de la Lituanie, en dents de scie
L'ouest de la Lituanie, en dents de scie
L'ouest de la Lituanie, en dents de scie

La famille Orvydas, a cause de leurs œuvres initialement rassemblé dans au cimetière, a été persécutée par les soviétiques. Pas étant de découvrir une telle sculpture dans le jardin.

L'ouest de la Lituanie, en dents de scie

Mais étrangement, il y a un ancien char de l’armée devant l’entrée. Quelque chose m’échappe …

L'ouest de la Lituanie, en dents de scie

En fin d’après midi nous reprenons la route pour quelques kilomètres jusqu’au national de Zemaitija. Nous y trouvons un parking face au lac, avec des tables de pique nique et des jeux pour les enfants. C'est parfait ! Il y a d’autres camping-caristes sur le parking, nous faisons connaissance avec nos voisins allemands en mini-van et discutons un long moment de notre aventure. Eux partent en direction de la Finlande et la Suède pour leurs vacances estivales. Nous apprécions aussi le fait que les enfants se soient fait des copains lituaniens. Car malheureusement nous n’avons eu que peu d’occasions de côtoyer des enfants depuis février. Pauline et Simon sont ravis et nous aussi, cela nous offre un peu de tranquillité !

L'ouest de la Lituanie, en dents de scie
L'ouest de la Lituanie, en dents de scie
L'ouest de la Lituanie, en dents de scie
L'ouest de la Lituanie, en dents de scie

Mais à 22h, alors que nous nous rassemblons tous dans le camping-car. Quelqu’un frappe à la porte. Mauvaise surprise, le parking est payant. En fait, contrairement à ce qu’on pourrait croire en apparence, il s’agit d’un camping, et non d’un parking. Alors en ajoutant le camping-car plus nous quatre, nous en avons pour 10 € la nuit. Nous préférons donc nous replier sur un parking plus haut. C’est dommage, mais nous avons réussi à tenir le budget depuis 5 mois, ce n’est pas maintenant que nous devons nous relâcher. Mais ce qui nous agace surtout, c'est la sournoiserie du site.
Le parking d'en haut est désert, au moins nous passerons une nuit tranquille.

 

 
Jeudi 20 juillet,


Malgré le va-et-vient de quelques voitures, nous ne sommes pas matinaux. J’ai l’impression d’ailleurs qu’on se décale de jour en jour. Mais ce matin, les enfants sont au taquet, ils ont hâtent de retrouver leur amis. Car effectivement, nous envisageons de retourner sur le parking près du lac. Mauvaise surprise encore, le parking est aussi payant la journée. La femme du monsieur d'hier fait le planton avec ses enfants. C’est n’importe quoi.

Du coup nous renonçons à nous y mettre et préférons aller quelques kilomètres plus loin où cette fois le stationnement est gratuit.
Cet autre site est sympa mais il a plusieurs inconvénients. Nous sommes à l’ombre, et le vent frais et soutenu nous empêche de profiter du plein-air. Les jeux pour enfants sont limités à un seul « tape-cul », un peu défraichi.
Alors en milieu de d’après midi, nous nous retrouvons encore tous les 4 dans 10 m². Quel intérêt ? A la majorité nous décidons de bouger et d’aller de l’autre côté du lac où nous devrions être abrités du vent. Il y a également un musée de la guerre froide que je voulais visiter. Aussi nous retrouvons les longs chemins cahoteux.


Les filles ne sont pas très intéressées par le musée, alors on y va entre gars. Ce musée de la guerre froide est installé dans une ancienne base de lancement de missiles créée dans les années 60. D’extérieur il est difficile d’imaginer ce qui se cache sous terre. Nous entrons sous la colline par un petit escalier puis nous parcourons les différentes salles sur deux niveaux.

L'ouest de la Lituanie, en dents de scie
L'ouest de la Lituanie, en dents de scie

Les expositions sont plutôt bien faites, mélangeant histoire de la guerre froide et histoire du site. Tous les textes sont traduits en anglais et il y a beaucoup de petites vidéos qui attirent l’œil des enfants. Simon reste un long moment sur la vidéo expliquant le fonctionnement d’un moteur de fusée. Je le reconnais bien là !
J’aime assez le fait que les deux camps soient représentés. On trouve par exemple des cartes américaines avec l’emplacement des missiles cubains, et bien d’autres choses. Il y a des missiles et des fusils aussi. Et toute une série de documents sur les bombes nucléaires, avec vidéos, maquettes. Ca fait froid dans le dos.

Nous terminons la visite par un silo à missiles, impressionnant. Dire que d’ici les russes étaient capables d’atteindre une grande partie de l’Europe.

L'ouest de la Lituanie, en dents de scie
L'ouest de la Lituanie, en dents de scie
L'ouest de la Lituanie, en dents de scie
L'ouest de la Lituanie, en dents de scie

En tout cas, loin de faire l’apologie de la guerre, ce musée permet justement de ne pas oublier cette sombre période de notre histoire, dont les pays baltes ont payé un lourd tribut. Simon n’a très sûrement pas bien compris les raisons et les enjeux de ce conflit, mais cette visite fera peut-être écho lorsqu’il verra ça en cours d’histoire.

Nous retrouvons les filles au camping-car. Nous sommes stationnés à côté d’une caravane d’une famille allemande, et Pauline est en train de jouer au Uno avec les petites voisines.
Nous prolongeons le chemin jusqu’en bordure du lac et nous stationnons sur le parking juste avant …. un autre camping. Après vérification il semble bien que la zone soit payante ici aussi. Et impossible de savoir où est la limite. Alors comme nous sommes mal placés, trop près du chemin et des bandes de jeunes, au bout d’une demi-heure on décide de retourner où nous étions hier soir.
Voilà, pour une journée sensée être tranquille, où chacun vaquerait à ses occupations, on s’est retrouvé à bouger sans cesse et à faire le tour du lac. Dès fois ça ne se goupille pas vraiment bien.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Jérôme 24/07/2017 11:41

Hello !!
Merci pour vos petits compte-rendus